Villefranche Initiative Environnement

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Environnement / société

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 11 janvier 2015

pour CABU , CHARB , TIGNOUS , WOLINSKI , et toutes les victimes du massacre .

.

mardi 24 mai 2011

VOYOUS OR NOT VOYOUS ? ? ?

That is the question !










 En effet, en référence aux diverses révélations de l’hebdomadaire le Villefranchois, suite à la pollution du ruisseau l’Assou consécutif au déversement de produits troxiques provenant de l’exploitation de la carrière de Combre Nègre , on peut réellement se poser la question !

Dans l’article paru le  jeudi 5 mai, le responsable de l’entreprise Eurovia dit: « nous ne sommes pas des voyous, etc . . . « ; sauf que dans l’édition de la semaine suivante, on apprends que la société aurait camouflé l’infraction en construisant à la va-vite, un bassin de rétention qui n’existait pas lors de l’incident ! ! !

 De nombreuses associations de protection de l’Environnement - ainsi que des collectifs de surveillance de sites à risques - vivent ce genre de situation  face à des organismes puissants et/ou « officiels » car ils ne trouvent pas ou que très peu d’échos favorables auprès des pouvoirs publics quant à leurs doléances et réclamations diverses concernant les non-conformité et/ou autres non-respect des règlementations.

Mais comme il est dit dans une  célèbre fable de monsieur Jean de La fontaine :(1621-1695 » selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront  noir ou blanc « !

 Espérons que cette situation apportera un peu d’eau à leur moulin (…) !?

 

 

 






@  bientôt sur les ondes pour de nouvelles aventures

 

NB: croquis « le Villefranchois » . 

jeudi 14 avril 2011

FUKUSHIMA ! (suite)

le syndrome du Titanic !


Comme dit dans le précédent billet. . . .et comme a su le titrer dans un de ces derniers ouvrages le non moins célèbre "écolo", Nicolas Hulot : les (grands?) scientifiques et autres « détenteurs-de-la-vérité »sont dans le « syndrome du Titanic » . Autrement dit lorsqu’il arrive une catastrophe: «  ils avaient pourtant tout prévu . .  . sauf l’imprévisible « ! ? . Tout cela cautionné par les dirigeants des gouvernements (totalement incompétents en la matière) qui , comme souvent, ne se font l’écho des arguments avancés lors de la construction ou de la réalisation du projet que pour des intérêts électoraux  . . .  et/ou personnels !

Selon une publicité des années 70, qui disait: « en France, on a pas de pétrole mais on a des idées », aujourd’hui on réfléchi autrement depuis que l’on sait que « On a du pétrole . . . et des idées », bien sûr  ! Mais il faudrait savoir lesquelles ! Et de fait,  « on nous en remet une couche », avec le gaz de schiste. Sauf que là, on en connaît les effets, puisque les techniques sont pratiquées aux Etats-Unis et au Canada depuis +/- 10 ans et qu’on en connaît les conséquences sur l'environnement, l'organisme des animaux et des personnes * .

Quelques infos sur le sujet:

Le 1er mars 2010, le Ministère de l’Ecologie, sous la plume de Jean-Louis Borloo, signait des permis d’exploration de gaz de schiste et de sables bitumineux à plusieurs compagnies pétrolières, livrant ainsi en pâture près de 10% du territoire français à l’appétit vorace des multinationales du secteur, essentiellement anglo-saxonnes. Décision prise sans aucune concertation, ni des élus, ni des populations et dans le silence assourdissant des médias.

Le département du Lot est concerné, puisque une demande de permis d'exploration a en effet été exprimée par la société anglaise 3Legs Oil and Gas, pour un site de 5.710 km², incluant presque la totalité du département.

L’exploitation des gisements de gaz, emprisonné dans les couches profondes de schiste (entre 2 000 et 3 500 mètres sous terre) fait appel à une technique encore récente, utilisée sur le continent Nord Américain depuis 2005. Elle consiste à forer jusqu’à la couche de schiste et d’y provoquer des fracturations de la roche, en injectant des quantités d’eau incroyables, sous forte pression, (de 7 à 15 000 mètres cube d’eau par opération de « frackage », chaque puits pouvant être « fracker » jusqu’à 20 fois !), additionnée d’un cocktail impressionnant de plus de 500 produits chimiques. Seulement 50% de l’eau injectée est récupérée, puis stockée et… jetée à la mer pour ce qui est des Etats-Unis.

L’exploitation du gaz de schiste aux Etats-Unis et au Canada est une course folle. Les lobbys pétroliers ont fait lever toutes les barrières qui pouvaient les gêner et ont été affranchies des lois qui préservent l’environnement (notamment les Water Act et Air Act). Après seulement 5 années d’exploitation, le constat est époustouflant : les nappes phréatiques sont irrémédiablement polluée, les rivières, les terres ainsi que l’air, puisque cette industrie rejette également des quantités monstrueuses de produits chimiques dans l’atmosphère.

 Les enjeux financiers et stratégiques (indépendance énergétique) sont si importants que la propagande pour endormir l’opinion publique est sans précédent, que les victimes, de plus en plus nombreuses, sont achetées avant les procès (système judiciaire américain), tout cela avec la complicité fort active des responsables politiques à tous les étages.

Pour en savoir davantage sur l’exploitation des gaz de schiste et ses conséquences sur l’environnement et la santé publique, sur les méthodes utilisées par les compagnies pétrolières outre atlantique, consultez ce dossier, les liens, les articles, les films et faites circuler l'information ! Nous tenons également à votre disposition les trois derniers numéros du Lot en Action, qui traitent de ce sujet (nous contacter par mail (contact@lelotenaction.org)

 Ci-dessous le plan du projet de permis d’exploiter de notre région.












Pour plus d’information et de renseignements, visionner sur le net (ou voir en salle) le documentaire  "Gasland" et/ou contacter le Collectif « gaz de schiste ouest aveyron".

  @ suivre

 
* à voir : Gasland, le documentaire .

mercredi 30 mars 2011

FUKUSHIMA !

ou un Titanic puissance x ?

 










Tout comme le magnifique navire de croisière  que l’on disait indestructible . Dès sa 1ère sortie, c’est  l’ Enfer ! 
Les ingénieurs avaient tout prévu . . . . ou presque ! ?

 Bien évidemment ce qui se passe au Japon est 100 fois ( 1000 fois ?) plus important que le Titanic, mais l’histoire se perpétue .

De tous temps, les hommes ont voulu dompter la nature et défier les lois physiques connues . «  Déplacer » les montagnes . Retenir ou détourner les eaux. Aller toujours plus vite, plus haut, plus loin * .

Ne s’apercevant pas que c’est la nature qui gouverne . Que les scientifiques d’aujourd’hui ne sont que des « hommes préhistoriques » par rapport à ce que l’on pourra encore découvrir demain. Peut-être d’autres lois physiques inconnues !?

 Mais aujourd’hui cet homme se plait à nous faire croire qu’il contrôle et qu’il maîtrise tout sur cette planète .  . . et bientôt sur les autres !.

Et dans ce même ordre d’idée, les hommes (et les femmes) politiques qui les cautionnent, après avoir crié haut et fort les « bienfait » du nucléaire , veulent aujourd’hui en sortir ! ?

Sauf qu’on ne sait pas ! Depuis 40 ans que l’on construit des centrales, on ne s’est pas préoccupé (ou très peu) de savoir comment les démanteler . Proprement, sans risque, de façon rationnelle .

La plupart d’entre elles sont vieillissantes , mal entretenues et font courir des risques à toute une population.

Il en sera de même avec la voiture électrique dont on oublie de dire que toutes les technologies - et autre matériel - pour la simple fabrication des batteries (exploitation des carrières,extraction du minerai pour le lithium, besoin d'eau considérable, transport, etc, etc . .  )  dépense 3,5 fois plus d’énergie qu’une voiture à moteur thermique pendant toute sa durée de vie. Sachant que pour son utilisation quotidienne, s’il  est dit qu’elle ne pollue pas, la voiture électrique a besoin d’être rechargée et de ce fait elle consomme tout de même de l’énergie . . . dont la fabrication entraîne une pollution: CQFD ! : c’est le serpent qui se mord la queue !

Autre problème, tout comme les centrales nucléaires, on ne sait pas traiter les batteries. À part aller les jeter dans des gouffres après les avoir enfermées dans des containers  . . . jusqu’à ce que ces derniers se percent, suite à la corrosion et/ou quelques mouvements sismiques, comme c’est déjà arrivé en Allemagne, en polluant les nappes et les rivières. Ou encore les noyer au fin fond de l’océan, là non plus on ne sait pas ce qu’il va en advenir, et pour cause, par 10 000 m. de profondeur   !?

À savoir aussi qu’il ne faudra certainement pas attendre longtemps, après l'avoir "orienté" vers ce nouveau moyen de locomotion, pour infliger au citoyen-lambda , une taxe « écologique » sur ce type de véhicule et/ou sur les autres, tout comme cela existe pour les appareils ménagers !

Voilà, aujourd’hui, à Fukushima , les risques de pollution nucléaire sont grands et à part le bla-bla des dirigeants du gouvernement, dont on ne sait s’ils connaissent ou non une partie de la vérité, il ne reste qu’à attendre l’évolution des évènements.

Mais sauront-ils en tirer réellement des enseignements ?

 . . . Et quand en voyant « les temps modernes » **, on parle de Charlot, ce n’est pas pour rien !

 
Vous pouvez éteindre votre ordinateur et reprendre une vie normale (!?)

 

        * mais pas à la manière de Pierre de Coubertin !
**
  le film

 

NB:  prochainement,  un sujet sur le gaz de schiste . . .  C’est pas rien non plus !

 

lundi 31 janvier 2011

histoires à dormir . . . de boues ! (suite)


. . . Où l'on comprend d'où pourraient provenir les boues !



Extrait de l'article de la dépèche du midi du Lot du vendredi 7 janvier .

L'entreprise E.R.I. est en liquidation judiciaire. . ., les 18 salariés sont licenciés,. . . . en guise de souvenir, les anciens dirigeants * ont laissé un site à dépolluer .

10 000 tonnes de plastiques sont à évacuer, mais avant cela, il faudra les traiter, ce qui est estimé à 3900 tonnes de boues confiées à  . . . .la  SOPAVE !  Qui ,si l'on comprend bien la situation, ne sera jamais payée, sauf par une subvention exceptionnelle demandée au . . . contribuable (!) .

500, c'est le nombre de camions pour transporter les 10 000 t. de plastiques jusque dans l'Aveyron. C'est donc toute une noria de camions qui sera mobilisé. . . .

500 camions, c'est donc autant d'aller/retour Cahors-Cransac. Ce qui implique une augmentation du trafic routier, une importante  dépense d'énergie et  la pollution qui y est liée,  sans compter la dépense financière !
. . .et certains élus (ir) responsables d'organismes chargés de l'Environnement voudraient nous faire croire au " vrai intérêt" du recyclage,  dans de telles conditions !?

Dans ces moments-là , il nous est assez "agréable" de paraphraser Tacite:
"ils nous fabriquent un désert et ils appellent çà l' ENVIRONNEMENT " !

Il y a bien évidemment d'autres solutions, mais leur ont-elles effleurées l'esprit, . . .  et y a t il seulement une volonté d'en chercher une ?

Il serait intéressant de savoir combien cela va couter ,et il faudrait surtout arrêter l'hypocrisie des "subventions de l'Etat, de la Région, du Département , etc . . .  " , puisqu'en fin de compte l'argent ne sort que de la poche du contribuable !
Vous avez dit " gaspillage d'argent public " ?


@ bientôt pour de nouvelles "aventures"

* il n'est pas impossible qu'on puisse retrouver ces derniers, dans quelques temps, créant une autre société et touchant des subventions pour création d'entreprise et d'emplois ! (...)
Il faut aussi savoir que les agriculteurs ont déjà payés cette prestation !



mercredi 12 janvier 2011

histoires à dormir . . . de boues !


ou plutôt:  histoires de boues qui empêchent de dormir ! ?

VOYOUS ! c'est le mot le plus faible qu'on peut employer pour qualifier les individus responsables d'organismes chargés de la protection de l'Environnement qui agissent de la sorte !


Est-ce la bêtise,  le non-respect d'autrui, le refus d'un simple principe de précaution ,  . . . ou la cupidité (voir billet précédent),qui poussent ces irresponsables à agir de la sorte ? Le fait est que, comme pour la violence, les agressions diverses, etc . . .ce phénomène de société empire et se multiplie .

Et selon la formule consacrée: -" mais que fait la Police"  ? ( Pouvoirs publics, Installation Classées, inspections sanitaires diverses, etc. . ), RIEN ou très peu . Un P.V. qui de toute façon sera payé par le contribuable (...), quelques mises en demeure sans lendemain et quelques temps plus tard : bis repetita . . . perseverare diabolicum !

la suite dans le prochain billet

samedi 25 septembre 2010

Environnement: faits et méfaits de l’agriculture . . . .

. . . et des agriculteurs !


Est-il besoin de dire et de préciser qu'en matière d’agriculture,  et il se fait tout et n’importe quoi !

 

1°/ Il y a l' agriculture industrielle  
à + ou — grande échelle suivant les divers traitements qu’on « inflige » aux champs et aux cultures.

Sans parler des O. G. M.  ! ! !



photos : quand on voit comment s’équipe l’agriculteur pour préparer sa « potion magique », c’est sans commentaire . . . .
ou plutôt si : DANGER ! ! !

 

 

.

Dans ce domaine on trouve aussi, bien trop souvent:


2°/ Le gaspillage de l'eau :

Comme l’ arrosage de ces champs en plein soleil—pourtant rigoureusement interdit (pompé ou pas dans des bassins collinaires * ).
Ou encore ces écoulements en continu, dans des réservoirs ou des abreuvoirs, de jour comme de nuit—sans raison et sans réel besoin — sous prétexte que l'eau provient de quelques sources et que de ce fait, qu’on ne la paye pas .

 

3°/ Il y a l’agriculture biologique

Un petit bémol à ce sujet, car compte tenu de l’environnement naturel actuel, cela ne peut l’être que de façon tout à fait subjective, sur la bonne foi, la bonne volonté et la bonne démarche des adeptes de cette culture.
Il faut bien évidemment faire abstraction des vents ,charriant les pesti. . , les fongi . . et autres trucs en .. cides made in "Monsanto-Industry" avec lesquels on nous bombarde  la planète . Il suffit de constater les pluies de plus en plus acides . (
vue l’état des toitures des maisons, des zingueries et même des voitures après une simple averse ).
Il est quand même dommage que les prix soient plus élevés que l'agriculture industrielle . Et la situation économique actuelle de beaucoup de familles ne peut guère y être favorable .


4°/ les marchés de producteurs.

Heureusement tout de même, que dans des régions comme la notre, il reste encore, pour une grosse majorité d'exploitants agricoles,  une volonté de conserver des valeurs et des traditions qui nous permettent de retrouver sur les marchés  ou dans les étals de certains commerçants, des produits de qualité - gouteux et savoureux - qui ravissent encore nos assiettes et notre palais !

se méfier tout de même, car certains ne sont que des revendeurs du 1°/

Et puis il y a le nec plus ultra : le potager . . . le sien personnel.  De plus en plus prisé par les retraités et pour lequel il suffit de 25 à 30 m2 pour 2 personnes, pour avoir des légumes toute l'année ( 8/10 pieds de tomates, 2 pieds de courgettes, 4/5 de pommes de terre, des poireaux, des haricots, des salades, des fraises - qui font la joie des petits et des grands - , sans oublier quelques aromates: thym, persil, ciboulette, etc . ..  )  ; garder les graines et se refaire les semis, çà, c'est le top ! . . .  mais jusqu'à quand ?
En attendant:


Bon @ppétit . . .  et à bientôt !


* récupération d’eaux de sources ou pluviales .
à savoir que ce principe est ni plus ni moins qu’un détournement d’eaux ( publique ) , puisque vouées aux nappes phréatiques . . .


 

lundi 13 septembre 2010

tri sélectif: le dilemme !

In—discipline citoyenne . . .  ou excès de zèle ? !

( Précision importante: cet article n’a aucun lien avec le précédent ! )

Si l’on s’en tient aux instructions données et si l’on respecte à la lettre le petit fascicule de la Communauté de Communes, concernant le tri sélectif . Il est bien expliqué que l’on doit déposer les sacs, les poches , les flacons et autres emballages plastiques dans les conteneurs jaunes.

Or ce sont ces mêmes sacs plastiques qui servent de contenant à nos déchets ménagers.

Sachant d’autre part, que bon nombre de personnes  se servent de sacs plastiques fournis par les grandes surfaces  ou autres commerces, comme sac-poubelle . Ces même sacs que l'on conseille de jeter dans les conteneurs jaunes ! ! !
Dans ces conditions; on fait comment ? *

Curieux dilemme !

La bonne attitude consisterait donc , dans un premier temps, à renverser le sac plastique pour en déverser les déchets  qu’il contient - alimentaires ou autres— directement dans le conteneur gris, et ensuite jeter le sac plastique dans le conteneur jaune ( vous aurez, bien évidemment, pris soin de l’égoutter, éventuellement de le retourner et l’essuyer précautionneusement).  Ceci dans le but de ne pas enfouir à Solozard, ou ailleurs , des produits imputrescibles qui mettront des siècles , voire des millénaires , à s’éliminer **.
Bien évidemment, les jus  - alimentaires ou pas - vont s'écouler dans le conteneur. Bien sûr aussi, une fois collectés, ces 
produits liquides couleront dans le camion de ramassage et/ou sur la route ( sinon sur les genoux des employés de la Communauté de Communes ) .
Mais vous aurez ainsi accompli, LA vraie démarche citoyenne dans le respect des instructions données . . . ou presque ! ?

 


@ vous de juger  et à bientôt pour de nouvelles aventures !

NB: il est à préciser qu’aucune indication  sur la composition du plastique des sacs-poubelles  fournis par la Communauté de Communes n’apparaît en clair sur le produit. (si ce n’est qu’il s’agit de plastiques recyclés )  Il est donc normal que le citoyen lambda  ne fasse aucune différence entre les sacs noirs et les sacs jaunes, si ce n’est la couleur.

* le grand "philosophe " Jean Yanne disait : " pour combattre la connerie, c'est comme au judo; il faut utiliser la force de l'adversaire". ( aux éditions "le cherche midi", préface d'Olivier de Kersauson ) .

** à voir : « nos enfants nous accuseront », le  très beau film de Jean-Paul Jaud



 

 

mercredi 30 juin 2010

Que du bleu ! ! !



. . . ou presque ! ?


Que serait la vie sans football ? *

C'est ce qui ressort actuellement de l'intérêt principal des médias ! ?  *

Si vous voulez voir une autre couleur, . . . qui pourtant était bleue  . . et qui ne l'est plus (!?), prenez donc votre tuba et vos palmes et allez faire un tour vers le golfe du Mexique. D'autant qu'il se dit que les agences de voyages  ont obtenu des tarifs défiant toute concurrence auprès des compagnies pétrolières  pour les stages de plongée sous-marine !

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Ce qui nous permet une transition facile :
Tout le bureau et la rédaction du blog de Villefranche Initiative Environnement vous souhaitent de BONNES VACANCES et  sauf évènement exceptionnel, que nous ne saurions vous faire manquer,  vous donnent rendez-vous dès la rentrée pour de nouvelles @ventures  . . .


* dans un mois on n'en parlera plus !

mardi 1 juin 2010

"Omerta" sur le Burgas ! ?

Attendu et annoncé par tous, élus, riverains, responsables divers, la fermeture du Centre de Traitement des Déchets Ménagers du Burgas, programmée pour le 16 mai dernier,  . . . , n'a pas fait plus de bruit qu'un pet dans l'eau !

1°/ Seulement 1 article dans la presse locale .

2°/  l' A.D.D.N. ( l'association des riverains de Ste Radegonde ) longtemps montée aux créneaux au printemps dernier, semblant aujourd'hui, être sous l'éteignoir !

3°/ Quid aussi des membres du comité syndical du Sydom , tels que Bultel *, Mme Escoffier (ex préfète de l'Aveyron) et autre Bessière * *, si loquaces et quelquefois virulents l'an dernier. Mais aujourd'hui  bouches cousues.

Ainsi que , Madame le maire de Sébazac dans ses déclarations de presse concernant le quai de transit, conséquence de l'externalisation,( découvrant subitement que la loi venait de changer et que le changement de produit de stockage des quais ne nécessitait plus qu'une simple autorisation . . .  pour laquelle elle n'avait aucun droit de parole ! ! ! ) ,  s'est contentée de nommer Véolia comme le responsable de la situation en occultant quasiment le Sydom , pourtant donneur d'ordres dans ce secteur d'activité. mais désignant le maire de Ste Radegonde comme , sinon responsable, tout du moins à l'origine de ses soucis. ..

Ou encore les déclarations de Martine Perez et Guy Rouquayrol * * *

On peut toutefois noter les propos du maire de Ste Radegonde disant au sujet de la fermeture du site à l'encontre de la Coved ( ou du Sydom ? ): -" ils ne s'en occupaient pas du temps de l'activité, je ne vois pas comment ils s'y intéresseraient aujourd'hui pour le réaménagement du site et assurer une maintenance de 30 ans " .

Etc, etc  . . . .

Mais au fait:  où en sont les 9 quais de transit prévus sur le département ?
. . . . Ainsi que le projet du site Aveyronnais de traitement des déchets  ?

Tant de questions à se poser . . .  ou pas .  Car très certainement, politique politicienne et/ou directives données en " hauts lieux" obligent  ! ?



. . . et pendant ce temps-là , la marée noire de Vénice en Louisiane continue de déverser ses centaines de milliers de m3 de pétrole dans le golfe du Mexique !  Mais comme dans beaucoup de situations analogues , tant que c'est pas devant sa porte  .  .  .  .  tout le monde s'en fout ! ! !


* - " je souhaite présider le Sydom.. . ." ( la Dépêche du midi) .
* * - " au Sydom, en 6 ans , nous avons juste envoyé 2 courriers . . ." ( la Dépêche du midi ) .
* * *
" - " aucune solution n'était prévue . .  " (centre presse)

- page 1 de 4